En français: Le fondateur et propriétaire de la compagnie de chocolat «Peace by Chocolate», Tareq Hadhad, a raconté son histoire avec beaucoup d’humour et un grain d’espoir

Le chocolatier commence son récit en décrivant la vie tranquille qu’il menait avant que les bombardements ne frappent en Syrie, son pays natal.  Son père avait une entreprise de chocolat prospère qui envoyait de la marchandise dans presque tout le Moyen-Orient et dans quelques pays européens. 

 

Tareq raconte que son père lui disait avec beaucoup d’enthousiasme : «Une personne qui mange du chocolat n’est jamais triste.  Je ne fabrique donc pas du chocolat, je fabrique du bonheur!» À cette époque, Tareq Hadhad étudiait dans le domaine de la physique, il avait une carrière prometteuse devant lui. 

 

Quand les premières bombes ont sauté en 2011, l’énorme succursale florissante du père de Tareq ainsi que la maison de sa famille sont parties en fumée.  N’ayant plus rien du tout, ils sont devenus des réfugiés devant quitter leur pays.

 

lavoixacadienne

 

Previous Post Next Post